Notre histoire

L’idée de mieux se connaître

La Fondation Franco-Hongroise pour la Jeunesse a été créée en 1992 par le ministre hongrois de la Culture et de l’Education en vue d’affecter des enseignants natifs dans des établissements hongrois pour qu’ils y enseignent la langue et la civilisation françaises et contribuent à une connaissance plus profonde des pays respectifs parmi les jeunes.

Depuis 1998, l’activité de la FFHJ est reconnue de grande utilité publique.

Un accord franco-hongrois : le programme de coopération s’inscrit dans le cadre d’un accord entre le gouvernement de la République de Hongrie et le gouvernement de la République Française.

La fondation en quelques chiffres

861 enseignants français depuis la création du programme
Les enseignants sont de jeunes diplômés des universités françaises, titulaires au minimum d’une licence de lettres ou langues vivantes avec mention FLE et, pour la plupart, d’un master de français langue étrangère ou de lettres.

22 enseignants dans 50 établissements en 2016/2017
Présents à Budapest et dans 12 départements de la Hongrie, ils enseignent à tous les niveaux de l’Education Nationale : primaire, secondaire, supérieur, et contribuent largement à la mise en place de partenariats entre établissements français et hongrois. Dans tous les cas, leur employeur en Hongrie est la FFHJ.

​Des professeurs français, des établissements hongrois, des objectifs communs​

« La diffusion de la langue française en Hongrie sur de larges bases sociales, l’augmentation du niveau d’enseignement de la langue française comme langue étrangère, l’acquisition d’une meilleure connaissance mutuelle chez la jeunesse des deux peuples, un renforcement de la pensée et de la coopération européennes par le biais des relations bilatérales » (acte de fondation).
Une véritable expérience d’enseignement du français langue étrangère pour les jeunes enseignants français.

Des promoteurs de la francophonie
Parallèlement aux cours qu’ils dispensent, les enseignants français développent diverses activités extra-scolaires : ateliers-théâtre, clubs de français, échanges scolaires, journaux, expositions, montage de projets, organisation de festivals, de stages, de camps de langue, etc…

Les sources de financements

Le programme est co-financé par le Ministère des Ressources Nationales et le Ministère français des Affaires Etrangères.

La volonté de nouvelles priorités

Le soutien aux projets pédagogiques des établissements et aux projets d’échanges de jeunes.
L’élargissement du co-financement avec les collectivités locales.
L’enseignement professionnel dans le secondaire et les filières francophones ou dans les établissements ayant un projet spécifique.